Océan en danger au Fresnoy?

Océan en danger au Fresnoy?

Notre canapé rouge n’y était pas mais nous avons visité l’exposition Océans ( au Fresnoy à Tourcoing du 10 février au 22 avril 2018)

Pour le dernier week-end d’hiver (OUF!…), après nous être retrouvés frigorifiés de flocons, nous sommes allés nous réchauffer à l’Expo « Océans : une vision du monde au rythme des vagues ». Ça se passait au Fresnoy à Tourcoing

“Le Fresnoy ou Studio national des arts contemporains est référencé comme étant une « villa Médicis high-tech » du Nord.”

 

C’est un endroit où l’on apprend à produire l’Art qui caractérisera bientôt notre siècle dans les manuels scolaires de nos arrières, arrières, arrières….. petits-enfants. Pour peu que nous en ayons des arrières arrières +∞ car vues les étapes de mutations de notre espèce qui nous pendent au nez ce n’est peut être pas gagné… Enfin pour nous, le Fresnoy, c’est aussi un cinéma pas comme les autres, un resto, un lieu d’expos!

(Et en plus les gars, les filles, le dimanche au Fresnoy l’entrée aux expositions est gratos :-))

J’ai bien dit on est allé s’y « réchauffer ! », on ne le croirait pas mais une expo nommée “Océans” peut vous réchauffer! L’ambiance feutrée de la salle, pourtant gigantesque, nous a envoutés et plongés dans une langueur bienveillante, nous laissant attentifs aux doux moments de la vie mais aussi aux cotés les plus abjects de l’être-humain.

ARIEL GUZIK, The Nereida Capsule

Les artistes exposants au Fresnoy viennent d’horizons différents, parmi eux Doug Aitken de Californie,  Newell Harry d’Australie, le peut-être très en colère (d’après mes enfants au visionnage de sa vidéo) Darren Almond, ou bien encore Atif Atkin, Tue Greenfort et ses méduses, Enrique Ramirez….  Certains sont aussi des scientifiques de la mer, comme le duo Janaina Tschäpe et David Gruber. Dans “Océans”, ils racontent la beauté et la complexité à l’échelle microbiologique à travers leurs leporellos. C’est la rencontre entre le biologiste marin et l’artiste.

 

 

Ces artistes bosseurs ont su se démener et nous donner des pistes pour comprendre l’importance de préserver notre environnement mais ils l’ont fait d’une manière cinglante, en nous assénant la vérité en plein visage, parfois même à coups d’essais nucléaires dans la face, un effet sublimé par le format vidéo de certaines oeuvres.

J’ai entendu dire aujourd’hui dans une émission de radio que seuls 25% des terres de cette planète ne sont pas saccagées par l’humain… eh bien niveau océan, c’est pas plus glorieux….

SIMON FAITHFULL, Stromness
“Capture d’écran d’une vidéo réalisée par l’artiste Simon Faithfull, montrant comment une colonie de phoques s’est appropriée les bâtiments remplis de ferrailles rouillées d’une station de pêche à la baleine désaffectée et abandonnée à la va-vite sur une île de l’Atlantique Sud, dans les eaux glacées de l’Antarctique.”

 

 

(entre parenthèses le site de Mr Faithfull vaut le coup d’oeil 😉 )……

 

Mais l’océan inspire aussi d’autres sentiments…Nos 5 sens ont été charmés, titillés, énervés, puis finalement rabibochés par les installations de ces artistes… Ces vidéos, ces sons, ces odeurs, ces impressions nous ont plusieurs fois dérangés, mais que l’océan étouffe sous des marées de plastique n’est-ce pas dérangeant?…

 

Doug Aitken
DOUG AITKEN, here to go (ice cave) Tunnel de Glace

 

 

 

 

 

 

Leave A Comment

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.